Picard de naissance, auvergnat et ardennais d'origine, rien ne me destinait à atterrir en Aquitaine il y a 25 ans. Cenonnais depuis 5 ans, je découvre la rive droite et ses vertes collines avec la naïveté et l'émerveillement de l'étranger qui débarque et s'étonne de tout.

J'ai choisi le bas-Cenon, pas seulement parce que s'y loger est encore abordable. Aussi parce que j'aime ces petites maisons ouvrières humbles et biscornues, rajoutées, mal-foutues. Ces quartiers me reposent du triste alignement de l'autre rive.

de_ma_fenetre

De ma fenêtre un jour d'orage

Et je me prends à rêver à quoi auraient pu ressembler nos banlieues avant que les Haussmann d'opérette et autres Jacques l'Eventreur ne scarifient le paysage urbain à grands coups de chemins-de-fer et de quatre-voies bitumées. Pas de nostalgie, mais l'espoir que les décideurs de l'urbanisme du XXIème siècle ne recommenceront pas les erreurs administratives des deux siècles passés.

Sans aucune prétention historique malgré ma passion maladive pour la lecture des papiers moisis, ce petit blog, au hasard de mes promenades et de mes petites découvertes.